Fête d'inauguration : 18:00 à 00:00 au Bazaar St-So 292, rue Camille Guérin
Chantiers publics : Week-end d'inauguration

Festival Microtopies 2024 – Parcours de Cabanes

5,6,7 juillet, un week end festif pour le lancement du Festival Microtopies 2024

 

Le Festival Microtopies commence cet été avec une série d’événements festifs qui se dérouleront du 5 au 7 juillet dans la métropole de Lille. Ce festival, organisé par par le WAAO, en collaboration avec la MEL, Edwood Construction, Ramery, ainsi que plusieurs communes et entreprises associées, invite les habitant·e·s à découvrir des installations uniques : des cabanes imaginées par des collectifs d’architectes, d’urbanistes paysagistes et de designers.

Soirée d’inauguration festive le 5 juillet

Rejoignez-nous le 5 juillet pour une soirée d’inauguration inoubliable ! L’occasion de lancer le festival dans une ambiance conviviale et festive, marquée par des animations (pour les grands et les petits), des performances live (dj set électro, disco, rock’n’roll et funk par le duo Johnny et Wallace), le vernissage d’une nouvelle exposition et bien d’autres ! Ne manquez pas cette soirée qui donnera le coup d’envoi à une série d’événements et de découvertes tout au long de l’été.

Chantiers publics le week-end

Les 6 et 7 juillet, des chantiers publics auront lieu dans chaque commune participante. Ces chantiers sont une invitation à participer à la construction de ces cabanes uniques et à découvrir les processus de création en direct. Les communes impliquées sont : Bois-Grenier, La Madeleine, Marquette, Saint-André, Lambersart, Lomme, Roubaix, Péronne-en-Mélantois, Sainghin-en-Mélantois, Lallaing et Dunkerque. Chaque site accueillera des activités et des animations.

Le Festival Microtopies 2024 – Parcours de Cabanes : Un été de créativité et de réemploi

Ces « micro-interventions » architecturales et éphémères sont conçues pour reconsidérer la place de l’imaginaire et du réemploi dans nos paysages urbains et ruraux. Fabriquées à partir de matériaux de récupération, les cabanes seront le point central d’animations, de parcours, d’ateliers et d’expositions tout au long de l’été.

 

Lauréats édition 2024

Dessine moi une cabane

Dojo – complexe sportif : 8 Clos des Capucins, 59280 Bois-Grenier

Située dans le parc du complexe sportif de Bois-Grenier, cette cabane a été conçue pour les enfants de la ville après des ateliers de co-conception avec le centre aéré. Utilisant bois et tissu pour intégrer des matériaux locaux, sa structure en bois avec des colonnes moisées en X supporte des assises en tissu mobiles, reprenant le principe des chaises longues. Ludique et polyvalente, cette cabane devient un terrain de jeu et un point de rencontre pour les enfants.

C.Le Gac, S.Brenier, M.Carcassonne, C.Conan

Palais d’été

Rue Desquiens, 59110 La Madeleine 

Ce projet explore l’essence des cabanes, utilisant des palettes locales pour créer une structure unique. Empilées, les palettes forment des parois, escalier et ouvertures, rappelant la brique architecturale et jouant avec la lumière. Une toile tendue teintée naturellement, modulable, évoque les voiles de bateaux. Un escalier intégré mène à un poste d’observation. Une ouverture offre une sensation d’espace clos tout en étant ouverte sur la Deûle. Après l’installation, les matériaux sont réutilisables.

M.Blanchard, V.Roger

Osons, tissons dans le jardin !

 5278 Rue du Bas de l’Enfer, 59520 Marquette-lez-Lille

Cette cabane tressée installée près du canal de la Deûle invite à redécouvrir le réseau hydrographique de la MEL. Suivez les chemins de halage, et découvrez  la cabane pour admirer la vue depuis les hauteurs. Pour tisser des liens, des ateliers seront proposés : vannerie buissonnière, tressage de cabane, et déconstruction pour créer des jardinières.

L.Alarcon,  P.Cumbal , B.Cumbal

Tellus

Rue Sainte-Hélène, 59350 Saint-André-lez-Lille 

Cette cabane manifeste sensibilise aux déchets de construction en transformant des « déchets » (terres de remblai, matériaux de déconstruction, gravats, chutes) en matériaux circulaires. L’objectif : ne pas engendrer de déchets. En anticipant dès la conception, elle prône une économie circulaire et une mise en œuvre réfléchie. De bois et de terre, cette construction relie l’homme à son environnement, mettant en lumière les ressources naturelles et humaines, et incitant à une architecture plus raisonnée.

M.Mequinion, L.Labbens

Pirouette et Cacahuète

La plaine du Colysée, au croisement du bras de la basse Deûle avec le Deûle – (Le Colysée – 199-201 Av. Pasteur, 59130 Lambersart ) 

Une cabane en papier sur la lisière de la plaine du Colysée à Lambersart. Jouant avec l’imaginaire enfantin, elle résiste à la dévalorisation du papier et du carton. La cabane, se dégradant naturellement, libérera des graines dissimulées, favorisant ainsi la végétation. Son ancrage territorial, symbolisé par des éléments historiques locaux, réactive des savoir-faire oubliés, valorisant ainsi le patrimoine local.

N.Hellou, P.Dubois

Atlambicus

 3-5 Rue Victor Hugo, 59160 Lomme

Perché sur la butte végétale du parc du Rossignol, ce vaisseau évoque à la fois un sous-marin et un château futuriste. Son enveloppe argentée, semblable à des écailles, fusionne l’imaginaire mécanique et organique. Positionné dans l’aire de jeu existante, il offre ombre et fraîcheur, renforçant le côté ludique du lieu. Un banc organique, recouvert de laine de mouton et de couvertures de survie, invite à la contemplation. Allongés, les visiteurs changent de perspective grâce au périscope en carton, observant le monde sous un nouvel angle.

C.Davrieux, S.Bonnerot

Tuyol’eau

Quai de Brest/rue Perrot – Canal de Roubaix

Une cabane sur-mesure issue du réemploi des réseaux de sprinklage d’incendie. Récupérés lors d’un chantier de déconstruction, ces tuyaux étaient destinés à la benne. La cabane devient ainsi une interface entre paysage et sens, décuplant nos expériences. Ses craquements au vent et ses reflets sous le soleil cristallisent le paysage dunkerquois.

S.Barillot, L.Degori, L.Deshayes, N.Deberaldini, L. Tardieu, C.Parelle, C.Pitau, E.Ughetti

Cabane lisière

Croisement de rue de l’Alma et de l’avenue des Nations Unies

Comme une maison dans la forêt, cette cabane est un pari sur l’efficacité temporelle grâce à une compréhension du site et des matériaux vivants. Ses poteaux deviennent des arbres pérennes, créant une « haie suspendue ». Sa structure légère en prisme flottant, vêtue de tissu, se mêle aux arbres. Une table centrale se glisse sous la toiture permettant de partager un moment convivial. Le projet, entre arbres vivants et cabane technique, demande un entretien constant.

L.Ducancelle, T.Bigo-Balland

Aestus

Au bout de la rue du Marais, à Péronne-en-Mélantois 

Dans un contexte de changements climatiques, les saisons deviennent extrêmes : sécheresses, inondations…. Aestus incarne ces phénomènes. Son nom latin signifie marée et chaleur, reflétant sa capacité à s’adapter à la pluie et à l’évaporation. Ce projet porté par des professionnels et étudiants en architecture et urbanisme à pour but de sensibiliser aux enjeux environnementaux actuels.

P-L.Noez, I.Renahy, M.Thiery

Chez Prunella

Sur les fondations de la motte féodale dans le Bois

Cette cabane met en avant l’importance des haies abritant des espèces menacées comme l’accenteur mouchet (Prunella Modularis). La structure reflète les caractéristiques de la haie qui servira de refuge et de lieu de convivialité, tout en utilisant des matériaux comme l’acier, le bois et les fibres végétales de manière durable. Les persiennes tressées en osier contribuent à réguler les courants d’air, favorisant ainsi un environnement frais.

B.Coquin, Z.Chauvet, C.Kurdijaka

Haut-Puits

 Pl. Jean Jaurès, 59167 Lallaing

Château d’eau, cette micro architecture permet de collecter les eaux pluviales près de l’ancien château de Lallaing. Il arrose les plantes environnantes et sert de bouturothèque pour échanger des plantes entre habitant·e·s. Temporairement intégré au parc de la mairie de Lallaing, il est possible de s’asseoir sur ses bancs pour se reposer et discuter.

V.Bois, S.Cabiron, A.Delvit et A.Mensah

Pavillon de l’air

Gare d’eau de l’île Jeanty à Dunkerque

Cette cabane intègre climatisation naturelle et récupération d’eau à la gare d’eau de l’île Jeanty. Sa base en terre cuite refroidit l’air par évaporation. L’eau s’écoule doucement à travers la structure, assurant une fraîcheur constante et durable ? Combinaison de céramique, bois et lin, il invite à se reposer tout en contemplant l’écoulement de l’eau dans un abri rafraîchissant.

I.Sierra, C.Althabegoïty

Retrouvons nous le 5 juillet au Bazaar St-So (292, rue Camille Guérin Lille) de 18:00 à 00:00 pour le
lancement d’un été festif et créatif avec le Festival Microtopies !