Gratuit, entrée libre
Du 11 juin > 30 octobre
Lieu : Bazaar St So / 292 rue Camille Guérin, Lille

 Le parcours Cabanes sur l’île est une invitation à reconsidérer la place de l’utopie et du vivant dans les territoires urbains. Plusieurs cabanes imaginées par des jeunes architectes et paysagistes sont installées le long des Caps, des parcours de déambulation à Lille.  

Chaque cabane, dans sa singularité propre, porte en elle une utopie, une idée, une ambition pour habiter autrement nos villes. Ces architectures éphémères ouvrent le regard sur notre rapport à la nature et au vivant dans la ville autour d’un imaginaire commun.

 

 

[Le Kiosque]

Pour Amandine, Céline, Faustine et Justine, de la petite à la grande échelle, la question d’une architecture plus sobre et vertueuse et des enjeux environnementaux, à appréhender dans leur complexité, est primordiale.

Les thématiques qui les animent convoquent un questionnement sur les modes de fabrication de la ville : “Nous sommes convaincues que l’intégration des problématiques sociales et économiques sont des enjeux primordiaux et des moteurs de pérennité dans la conception architecturale et urbaine. Ainsi, nos travaux tendent chaque fois à mettre en place des processus et des méthodes finement liées au contexte et construisent petit à petit notre point de vue sur le rôle de notre profession. Nous souhaitons favoriser l’intégration de l’habitant dès la conception et mettre en valeur l’expérimentation comme source de développement urbain.”

 

 

Sur toute son linéaire, l’ancienne gare de marchandise réhabilitée en Bazaar St-So, lieu innovant de l’activité tertiaire 2.0 fait face à la friche. Le Cours St-So voisin en représente une petite partie, progressivement aménagé et éphémère pour constituer un lieu alternatif de loisirs et d’activité nourricière hors sol : les terres du site sont polluées. Loin par-delà les clôtures en treillis soudés qui délimitent le foncier, des réfugiés tentent tant bien que mal de survivre sur une parcelle de friche destinée à être aménagée en nouveau quartier.

Entre ces trois entités existe toute la bordure appartenant à la SPL Eurallile au sud du Bazaar St So. Fortement exposée et en manque d’aménités, elle demeure encore un lieu hostile aux résidents du Bazaar comme aux curieux de passage. C’est un endroit opportun pour construire une “cabane” : un refuge, une ombrière, un banc sur lequel marquer une pause pour se détendre ou questionner l’avenir de la friche.

Elle est l’occasion d’interroger notre rapport aux ressources avec lesquelles nous bâtissons et devient pour cela un lieu d’expérimentation, dès le chantier. Cette “micro-architecture” est réalisée en chantier participatif et convivial à l’occasion de l’événement de la Braderie de l’Architecture. Une grande partie du bois est récupérée dans un chutier de charpentier. Le sol est fait de planches de caissons de livraison de bois. Une ancienne toile de cirque est réemployée en couverture. Une paroi en briques de terre crue compressée leste la construction tout juste posée au sol et constitue un filtre de tranquilité et de fraîcheur entre le Bazaar et la friche. La terre est récupérée dans un tas d’anciennes briques crues abîmées sur un site de briqueterie proche de Lille.

Croquis : © Atelier Post